[ page d'accueil | expositions | stabilité du mouvement des choses | l'univers sensoriel de Bernabé ]

Science-Fiction Plastique

D’étranges mouvements, comme des courants marins balayent de leur souffle, vestiges et formes comme pour les effacer.

Des paysages lunaires ou vénusiens s'étendent sous un ciel apocalyptique. Des tourbillons puissants envahissent des vestiges de villages ravagés par un cataclysme planétaire. Ces paysages visionnaires sont des tourbillons déchirés de l’intérieur mais dont le "désordre" plastique est froidement organisé, comme un mirage obéit aux lois de l'optique.

Nous assistons à une sorte de désintégration où chaque couloir à sa signification particulière mais qui dira quel ésotérisme commande aux tons froids, jaune, beige qui se mêlent à un cercle rouge et aux traînées calcinées. Ces œuvres sont des déchaînements de forces cosmiques qui ravagent des planètes inconnues. L'intérêt réside sans doute qu'il n'atomise pas " l'espace pictural " mais la gamme chromatique : les couleurs se heurtent et se fondent en un maelström dominé par la haute valeur de la palette.

Le peintre ne cherche pas à retranscrire une vérité ni même un espace réel, il crée une sensation de mouvement continue, de violence cosmique.

Peintre mesuré, il est un prince du chaud-froid qui brosse un univers de science-fiction plastique.

Tunis le 20 mai 1976
M-R